Les matinales du LAB – les comparateurs d’assurances

Les comparateurs quel avenir ont-ils ?

 Pour Bernard Grasset « Aimer c’est ne plus comparer »

Alors, vu le succès des comparateurs en assurances, est-ce que nous ne les aimons plus nos contrats d’assurances ?

Pas si simple, et j’ai pris le parti d’organiser un débat sur cette question.

Les interrogations ne manquent pas :

  • Au fait, qu’est-ce qu’un comparateur ?
  • Est-ce que les comparateurs détruisent de la valeur en attirant l’attention sur les prix ?

Un spécialiste nous montrera que le prix ne constitue que rarement, le seul critère de choix.

  • Est-ce que les comparateurs sont vraiment incontournables pour recruter de nouveaux clients ?

Une experte des réseaux sociaux va nous proposer de recruter des clients sans recourir aux comparateurs.

  • N’y-a-t-il pas d’autres critères que le prix pour comparer des contrats d’assurances et est-ce efficace ?

Nous verrons ce que donnent les comparateurs qui utilisent des critères de qualité ou de services ?

  • Enfin, quel modèle de rémunération des comparateurs permettrait à chacun de trouver son compte ?

Rendez-vous le 

20 septembre 2012
8h30-10h30 à Paris 

Pour assister à la matinale sur le thème :

Les comparateurs d’assurances :
peut-on s’en passer ?

Laboratoire Assurance Banque

Laboratoire Assurance Banque

Un débat organisé dans le cadre du Laboratoire Assurance Banque

Au plaisir de vous y rencontrer

Pour plus d’information : http://www.cerclelab.com/conferences/679-2012-09-20-matinale-comparateurs.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s