Etes-vous prêts à accueillir le Big Data

Le Big Data occupe une place considérable dans les média et les conférences professionnelles mais pour beaucoup il a encore peu d’applications en entreprises.
Le réflexe consiste encore souvent à attendre que le sujet atteigne sa maturité avant de se l’approprier.
C’est une erreur, car le Big Data est une véritable lame de fond.
La technologie a mis du temps pour se stabiliser. Les infrastructures, les outils d’exploitation et d’analyse associés ont encore besoin d’être apprivoisés.

Les bénéfices du Big Data sont trop considérables pour que sa diffusion soit freinée

Avec le Big Data, une connaissance approfondie des clients et de leurs intentions d’achats devient possible. La connaissance des processus est améliorée et il est plus facile de « décloisonner » les Directions et les Marchés au sein des entreprises.
D’ores et déjà de nombreuses entreprises implémentent ou prévoient d’implémenter des technologies du Big Data. Elles trouvent des applications dans le domaine du marketing, de l’optimisation des réseaux commerciaux, de la finance, de la logistique etc.…
A titre d’exemple, selon le baromètre Accenture-L’Argus (2015), dans le seul secteur de l’assurance, 17% des DSI affirment avoir mis en place des technologies Big Data, mais 23% ont prévu d’en développer dans les 24 mois.
Les cycles de transformation se raccourcissent de plus en plus. Il est certain, qu’à un horizon de cinq ans, il ne sera plus possible d’ignorer les impacts du Big Data sur le fonctionnement des entreprises.

L’un des impacts à envisager concerne la transformation des organisations et des métiers

De nouveaux métiers apparaissent déjà, data scientist, chief data officer, d’autres doivent évoluer.
En ce qui concerne les métiers qui naissent, la rareté des formations et donc des candidats disponibles, peut constituer un frein à l’exploitation des données et donc réduire la valeur produite par les projets de Big Data.
Mais ce n’est pas le seul problème à anticiper. L’intégration de ces experts dans les équipes n’est pas toujours aisée.
Les expériences passées nous ont révélé la difficulté d’intégrer des experts aux salaires plus élevés que ceux de leurs collègues, mais aux parcours de carrière bien difficile à tracer.
Le cas des data scientists pourrait être plus épineux encore, compte tenu de leur importance stratégique.
Beaucoup de métiers d’aujourd’hui subsisteront, mais devront évoluer.
Le Big Data va produire des informations quantifiables et manipulables avec des outils statistiques et mathématiques.
Beaucoup de métiers qui basent leurs décisions sur l’expérience ou l’intuition vont devoir se réformer.
En effet, les prises de décision ne mobilisent plus les mêmes compétences, dès lors que les informations sont transformées en connaissance au travers d’algorithmes.

L’évolution de l’achat d’espace nous en offre une illustration : il y a vingt ans on achetait les espaces publicitaires dans la presse, la radio et la télévision à partir d’informations sommaires. C’était l’expérience, le savoir faire et l’intuition qui permettaient de traiter ces informations pour les transformer en décision.
Avec Internet, l’achat d’expositions (bannières sur les sites) se fait à partir d’algorithmes sophistiqués inspirés des outils des « traders » (30% des achats d’expositions sur Internet se font dans le cadre d’achats programmatiques).
Dès lors que la technologie existe, il est plus rassurant de confier la préparation des décisions aux machines.
Autre exemple, dans les centres commerciaux à la pointe du progrès technologique, des caméras captent l’humeur des clients et pilotent l’affichage des publicités et des messages dans les allées.
Le métier « d’acheteur d’espace » s’en trouve profondément modifié. Son poste de travail, dans un proche avenir, ressemblera au « desk » d’un « trader » bardé de courbes mises à jour en temps réel.
Tous les métiers qui peuvent prendre des décisions sur la base de données quantitatives (mode de décision informationnel) évolueront de cette manière. Ceci concerne les métiers du marketing (banques, assurances, constructeurs automobiles…) mais aussi les métiers de la logistique, de la communication, du contrôle et du pilotage.
Parfois ce ne sont pas les métiers eux-mêmes qui seront transformés, mais plutôt les frontières traditionnelles entre ces métiers.
Les actuaires qui font métier de modéliser le risque dans le secteur des assurances par exemple, seront confrontés à des data scientists qui disposeront de données en temps réel sur le comportement des assurés. Il faudra trouver une nouvelle articulation entre ces métiers.

Il est urgent de prendre la mesure de cette transformation
Tout ceci illustre combien il est important d’anticiper un monde dans lequel les données quantitatives et les algorithmes auront pris une place prépondérante.
C’est dès maintenant qu’il faut envisager les formations adéquates, les organisations adaptées et la manière de gérer l’évolution des postures des managers dont l’autorité est encore bien souvent basée sur l’adaptation à des modes de décisions intuitifs ou basée sur l’expérience.
C’est de tout cela dont nous débattrons lors de notre conférence du 2 octobre 2015 à 9h à la Défense :

Inscription à la conférence : Etes-vous prêts à accueillir le Big Data ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s